Sites Historiques

 

L' Èglise :

 

L’église de Ménoire, construite sur un promontoire rocheux date du XIeme siècle. Son implantation aurait pris la place d’un Castrum ( ou maison forte) de l’époque gallo-romaine.
L’orientation du chœur à l’orient , positionne son porche face au Puy Chasterlux.

Le chœur de l’église, orné d’un maître autel daté du XVIIeme siècle a fait l’objet de travaux de restauration en 2014 et 2015.

Le clocher qui était mural jusqu’au XIXeme siècle a été rehaussé d’un donjon rectangulaire en 1850. Les cloches qui y ont été élevées ont été fondues en 1858 ( sous le concordant du second empire) et en 1878.

L’église de Ménoire est placée sous le patronage de Sainte-Marie et Saint-Martial.

La Fontaine Saint-Martial:


Elle est situé au hameau de Lagraffouillere. La légende lui attribue des vertus de guérison des problèmes de la vue et des maux des yeux. Elle est classifiée parmi les «  bonnes fontaines ». L’Evêque Saint-Martial , évangélisateur du Limousin au IXeme siècle , y aurait fait une étape avec ses troupes.

A l’examen des lieux , des experts attribuent à ce site , une ancienneté antérieure au christianisme. Ce pourrait être un ancien emplacement de rîtes celtes.

La Fontaine Saint-Martial peut se visiter en empruntant l’itinéraire du sentier de randonnée balisé , intitulé « Des sources et des Fontaines » à deux kilomètres environ après le point de départ.

La Fontaine du Bourg:


Cette fontaine surmontée d’une voûte en pierres a été restaurée en 2011. Elle alimentait en eau la population du bourg de ménoire . Elle est visible depuis l’itinéraire du sentier «Des sources et des fontaines » , à 300 mètres du point de départ.

Le Presbytère :

L’ancien presbytère était inclus dans un corps de ferme dont il constituait la maison de maître avec la métairie située sur l’ouest et une grange étable sur le côté nord de la cour.

La construction de la maison de maître dans sa forme actuelle date de 1846, soit vers la fin du règne de Louis-Philippe (1830-1848).

La propriété dans son ensemble a été léguée à la paroisse de Ménoire sous le second empire ( 1851-1870) par madame Mas Petronillle Veuve Malmartel ( 1795-1871).

Dans les semaines qui ont suivi la promulgation de la loi de séparation des églises et de l’état du 9 décembre 1905, le domaine à été incorporé dans la propriété privée de la commune de Ménoire, sous l’autorité du maire, Frédéric Latremoliere (1905-1935).

La commune, conformément aux dispositions légales, a continué à assurer l’hébergement des prêtres successifs.

Pendant la difficile période de l’occupation nazie et du régime de l’Etat Français de Vichy (1940-1944) cette belle maison s’est honorée de son hospitalité en faveur des résistants de l’armée secrète grâce à l’humanisme et au patriotisme de l’abbé De Murel, curé de Ménoire.

En 1972, alors que le l’organisation du diocèse de Tulle ne dédiait plus de prêtre spécifique à la paroisse de Ménoire, la municipalité dont le maire était René Brice (1971-1983) a pris l’initiative de vendre la propriété dans son ensemble.

C’est Josette Rome Chastanet qui a fait l’acquisition de la maison de maître tandis que la ferme a été vendue à la famille d’agriculteurs qui l’exploitait par un bail rural, Jean-Victor et Helene Eyrignoux .

C’était pour Josette dont le grand-père était sabotier et violoneux à Ménoire avant 1914, un heureux retour aux sources.


Le Bâtiment de la Mairie:


Cette bâtisse date de la première moitié du XIXeme siècle. C’était un bâtiment à vocation religieuse destiné à l’enseignement . L’avènement de la IIIe République et la promulgation des lois Jules Ferry, instaurant l’instruction gratuite et obligatoire , en on fait la « maison commune » et abritant l’école de garçons et de filles. L’architecture symétrique des deux anciens prehauts encore existants, témoigne de cette époque.